WOLF (C.)


WOLF (C.)
WOLF (C.)

WOLF CHRISTA (1929- )

Christa Wolf est née à Landsberg. Après des études de germanistique, elle devient collaboratrice scientifique du Deutscher Schriftstellerverband, l’Union des écrivains allemands, puis lectrice et rédactrice à Berlin-Est et Halle. Elle appartient à la deuxième génération des écrivains de la R.D.A. À partir de 1959, elle se consacre entièrement à ses travaux d’écrivain. Elle est influencée par Brecht et par Anna Seghers dont elle écrit la biographie (Biographie der Anna Seghers , 1965). Sa position peut paraître ambiguë, dans la mesure où elle tente de concilier la subjectivité du récit avec la responsabilité politique et sociale de l’écrivain. Elle croit au rôle déterminant de la littérature pour la formation d’une nouvelle conscience sociale et d’une nouvelle façon de penser. Son idée fondamentale est peut-être que la condition principale à la progression vers un «homme nouveau» est l’honnêteté envers soi-même, envers son idéal et envers les autres. «Pouvoir vivre la visière levée», ne plus pouvoir être hypocrite, telles doivent être les caractéristiques de l’homme socialiste. Telle est l’aune à laquelle ses héroïnes, Rita Seidel et Christa T., mesurent les hommes qui les entourent. Comme dans toute société, ces deux femmes découvrent beaucoup de contradictions et de mensonges, et l’image de la R.D.A. que Christa Wolf a offerte au lecteur souleva parfois des contestations dans son pays.

Le Ciel partagé (Der geteilte Himmel , 1963) rappelle par son thème Uwe Johnson et Brigitte Reimann. Comment les Allemands vivent-ils le partage de leur pays? Nous le voyons à travers un couple qui se sépare: l’héroïne opte pour la R.D.A., tandis que son ami, un jeune chercheur, préfère une situation en R.F.A. Après une tentative de suicide, Rita réfléchit sur le monde qui l’entoure, sur l’appareil du parti qui étouffe les vrais chercheurs, sur la difficulté de cohabitation entre des bourgeois qui regrettent le capitalisme et des socialistes convaincus. Mais elle reçoit une leçon admirable du contremaître Meternagel, un vieux communiste exemplaire, également brimé par les bureaucrates: au lieu de se réfugier en R.F.A., il accepte son lot comme une marque des contradictions inhérentes à la phase de transition vers le socialisme.

Christa T. (Nachdenken über Christa T. , 1968) est assez mal reçu en Allemagne de l’Est. L’héroïne est en effet radicalement individualiste; elle juge les hommes non pas selon les critères officiels de la nouvelle société, mais selon son propre idéal d’humanité. C’est le roman d’une génération désenchantée.

Dans un récit romanesque, Trame d’enfance (Kindheitsmuster , 1976), Christa Wolf part à la recherche de sa jeunesse. L’héroïne fait une sorte de pèlerinage dans sa ville natale devenue polonaise depuis la guerre, et à cette occasion elle évoque pour sa fille les années 1930 et la guerre avec ses suites. La note personnelle n’est pas dans les événements, qui ne sont que trop connus, mais dans l’attitude de compréhension vis-à-vis du peuple allemand: on vote presque à 100 p. 100 pour les nazis en 1933 «car on ne pouvait plus faire autrement», les nazis «avaient tout entre leurs mains». «Qui sommes-nous, dit Christa Wolf, pour mettre de l’ironie, de l’antipathie, du mépris dans de pareilles phrases quand nous les citons?»; et de s’interroger sur l’homme nouveau.

Aucun lieu. Nulle part (Kein Ort. Nirgends , 1979) est un dialogue de morts. En un lieu fictif se rencontrent Caroline von Günderrode et Heinrich von Kleist, tous deux écrivains de l’époque romantique qui se sont suicidés pour échapper à une société oppressante. Leurs monologues intérieurs et leurs dialogues se situent hors du réel et hors du temps. Le livre n’est pas historique, si bien qu’on croit y lire les questions qui se posent à l’homme de notre temps et à Christa Wolf en particulier.

Christa Wolf a également écrit de brefs essais: Lire et écrire (Lesen und Schreiben, Essay und Prosa , 1972), le récit Till Eulenspiegel (1974) et Sous les tilleuls (Unter den Linden , 1974).

On sent à travers son œuvre une progression vers cette vérité intérieure qu’elle nomme «authenticité». Son écriture paraît de plus en plus libre, et son regard sur elle-même sans indulgence. Sa dernière œuvre, Cassandre (1983), née des leçons de poétique données en R.F.A. à l’université de Francfort, se fonde sur le mythe grec pour s’interroger sur la menace atomique, la civilisation technicienne, le matriarcat à travers le personnage de Cassandre, la femme-prêtresse dont la vérité était tenue pour folie par les Troyens.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Wolf — (Canis lupus) Systematik Ordnung: Raubtiere (Carnivora) Überfamilie: Hundeartige (Canoidea) …   Deutsch Wikipedia

  • Wolf — Wolf, n.; pl. {Wolves}. [OE. wolf, wulf, AS. wulf; akin to OS. wulf, D. & G. wolf, Icel. [=u]lfr, Sw. ulf, Dan. ulv, Goth. wulfs, Lith. vilkas, Russ. volk , L. lupus, Gr. ly kos, Skr. v[.r]ka; also to Gr. e lkein to draw, drag, tear in pieces.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • WOLF (H.) — «La vie de Wolf, écrit Ernst Decsey, ressemble à un de ses lieder: courte introduction, toute en lutte, explosion, décharge du cœur en une cantilène brûlante, chute dans un épilogue muet: un drame sur une page d’imprimerie.» Quant à son œuvre,… …   Encyclopédie Universelle

  • Wolf — Wolf: Wolf   общепринятое сокращение (обозначение) имени ботаника, которое добавляется к научным (латинским) названиям некоторых таксонов ботанической номенклатуры и указывает на то, что автором этих наименований является Вольф,… …   Википедия

  • WOLF — WOLF, U.S. family of communal leaders with branches in Philadelphia and Washington. The brothers ELIAS WOLF (1820–after 1881) and ABRAHAM and LEVI WOLF (1811–1893) were born in Bavaria and emigrated to the United States. Elias Wolf arrived about… …   Encyclopedia of Judaism

  • wolf — O.E. wulf, from P.Gmc. *wulfaz (Cf. O.S. wulf, O.N. ulfr, O.Fris., Du., O.H.G., Ger. wolf, Goth. wulfs), from PIE *wlqwos/*lukwos, from root *wlp /*lup (Cf. Skt. vrkas, Avestan vehrka ; Albanian ulk; O.C.S. vluku; Rus …   Etymology dictionary

  • Wolf — Wolf: Der gemeingerm. Tiername mhd., ahd. wolf, got. wulfs, engl. wolf, schwed. ulv beruht mit verwandten Wörtern in anderen idg. Sprachen auf idg. *u̯l̥ko s »Wolf«, vgl. z. B. lat. lupus »Wolf«, griech. lýkos »Wolf«. Das idg. Wort ist… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Wolf — Wolf, Charles Wolf, Christa Wolf, Friedrich August Wolf, Johannes Wolf, Max Wolf, Rudolf * * * (as used in expressions) Sacks, Oliver (Wolf) Wolf, Christa Wolf, Hugo (Filipp Jakob) …   Enciclopedia Universal

  • wolf — ► NOUN (pl. wolves) 1) a carnivorous mammal that lives and hunts in packs and is the largest member of the dog family. 2) informal a man who habitually seduces women. ► VERB (usu. wolf down) ▪ devour (food) greedily. ● cry wolf Cf. ↑ …   English terms dictionary

  • wolf — [woolf] n. pl. wolves [woolvz] [ME < OE wulf, akin to Ger wolf, ON ulfr, Goth wulfs < IE base * wḷp , * lup , name of animals of prey > L lupus, Gr lykos] 1. a) any of various wild canine carnivores (genus Canis), esp. the gray wolf,… …   English World dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.